En conclusion : le droit face à Internet