Quelques réflexions sur la fiabilité et la recevabilité de la preuve numérique