La protection de la vie privée participe-t-elle au respect de l'individu après son décès ? : le cas des données du patient